Les semences paysannes pour une meilleure résilience au changement climatique

Ce recueil donne des informations clés sur l’importance de la préservation des semences paysannes pour l’atteinte de l’autonomie alimentaire.

Couverture les semences paysannes

Dans de nombreux pays d’Afrique, la grande majorité des exploitations familiales agricoles font moins de deux hectares. Les revenus monétaires tirés de l’activité agricole ne permettent pas aux paysans d’investir dans leurs exploitations. Aussi la formation des futurs paysans aux pratiques agroécologiques revêt-elle une grande importance. La transition vers l’agroécologie passe notamment par l’accès aux semences paysannes de qualité. En Afrique, la plupart des agriculteurs ont encore recours aux semences dites paysannes. Aussi, cette publication a-t-elle pour objectif de présenter les semences paysannes, leurs particularités et les enjeux de leur utilisation en Afrique.

Le recueil Les semences paysannes pour une meilleure résilience au changement climatique comporte deux parties :

- Les semences paysannes pour favoriser l’autonomie alimentaire : définition, intérêts des semences paysannes, reconnaissance des travaux de recherche des paysans, difficultés et menaces pour les semences paysannes, biodiversité et semences : cadre juridique.

- Des exemples de « bonnes pratiques » dans neuf pays d’Afrique francophone. Il s’agit d’expériences qui permettent d’améliorer la production de semences paysannes, leur sélection, leur conservation et leur diffusion. Ces pratiques, menées par des associations ou par de jeunes entrepreneurs verts, sont précieuses car elles sont le résultat de réflexions et d’expérimentations avec des paysans.

La publication a été réalisée avec l'appui du SGP/GEF, du Centre 4 C Maroc et du PNUD Maroc.