Appui à l’agroforesterie

Niger

2019
Association de développement
Niger

Commune Urbaine de Loga

Période de réalisation de l'initiative

du 01/2019 au 11/2019

Description de l'initiative

De vastes zones du pays sont devenues incultes en raison des changements climatiques et de pratiques culturales peu appropriées. Les terres dégradées ont ainsi été délaissées car impropres à toute production agro-sylvo-pastorale. Les populations qui vivent dans ces zones et qui dépendent principalement des ressources de l’environnement pour vivre sont maintenant, de façon chronique, en situation d’insécurité alimentaire ; elles ne peuvent plus subvenir à leurs besoins en nourriture, même pendant les années de bonne ou moyenne production.
L’AJEDD conduit un projet qui s’inscrit dans l’Objectif de Développement Durable 15 : « Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité ». Le projet consiste dans le développement de l’agroforesterie.
Les objectifs spécifiques sont de plusieurs ordres :
- développer la pratique de l’agroforesterie ;
- produire 10.000 plants d’acacia senegalensis et les planter ;
- confectionner des ouvrages de collecte des eaux de ruissellement ;
- former 30 femmes pour créer des activités génératrices de revenus.
Le projet a eu des impacts positifs multiples à court, moyen et long termes, en particulier en relation avec les enjeux environnementaux. Il permet en effet de restaurer un couvert végétal qui favorisera la création d’un micro-climat. De plus, il renforce l’économie locale, la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté des populations locales.
Les bénéficiaires du projet sont la population du village de Kogorou dans son ensemble. Plus spécifiquement, le projet d’appui au développement de l’agroforesterie a permis de toucher ou d’impliquer les personnes suivantes :
- 30 femmes, dont 21 jeunes femmes âgées de 15 à 35 ans et 9 femmes âgées de 35 ans et plus, qui ont bénéficié d’une formation sur la vie associative
- 125 femmes et hommes, qui ont participé à la réalisation des ouvrages de collecte des eaux.
La méthodologie de mise en œuvre du projet s’est basée sur une approche participative. Diverses réunions et concertations ont été organisées : réunions de prise de contact, de recadrage, de planification et de suivi des activités. Cette démarche a concerné tout le processus : du choix des semences à la plantation en passant par la mise en pépinière et le suivi de la croissance des plants.
Deux types d’activités ont été réalisés. D’une part, des actions de formation qui se sont déroulées en différentes sessions. Et, d’autre part, des activités pratiques avec l’ensemble de la communauté : choix des semences, production des plants en pépinière, réalisation des ouvrages de collecte des eaux et plantation des acacias.

Principaux résultats obtenus

- Production et plantation de 10.000 plants d’acacia senegalensis, autour des ouvrages de collecte des eaux et dans les champs
- Réalisation d’ouvrages de collecte des eaux de ruissellement sur une superficie de 70 ha : 9605 demi-lunes et 321 zai
- Formation de 30 femmes vulnérables, qui pourront bénéficier par la suite d’activités génératrices de revenus et de 125 personnes, qui sont maintenant capables de construire des ouvrages de collecte des eaux.
Tout cela contribue à la conservation des eaux et à la lutte contre la désertification.

Localisation