Préservation et gestion durable des semences paysannes

Bénin

2019
ONG locale ou nationale
Bénin

Cotonou

Période de réalisation de l'initiative

du 01/2018 au 04/2019

Description de l'initiative

Face à l’importance d’assurer la sécurité alimentaire au Bénin et d’atteindre les Objectifs du Développement Durable (ODD), en particulier la cible 5 de l’ODD 2 (Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable), il est indispensable de penser à une production agricole responsable et respectueuse de l’environnement. Le projet a pour but de sensibiliser à l’importance de la préservation des semences paysannes par la constitution d’un réseau d’échange et de fourniture de semences paysannes. Plusieurs bénéficiaires sont visés : agriculteurs, consommateurs, entrepreneurs agricoles, associations de femmes et institutions publiques.
La première phase a consisté à mener une campagne de lutte contre l’Union pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) et en faveur de la préservation des semences paysannes sous la forme d’une lutte contre l’adhésion du Bénin à la convention « UPOV 91 », qui menace la souveraineté alimentaire et le droit d’accès libre des communautés aux semences paysannes régénérées sur des siècles. Il s’agit d’une convention qui privilégie les semences brevetées par les multinationales, interdit un accès libre aux semences paysannes, privatise celles-ci, et conduit à une érosion de la biodiversité culturale dans les pays du Sud. Le gouvernement a enclenché la procédure de demande d’autorisation de ratification de l’UPOV 91 ; c’est le seul pays francophone d’Afrique à s’y engager. Plus de 100.000 acteurs bénéficiaires finaux des semences paysannes du Bénin se sont engagés avec nous dans cette bataille à travers une campagne dénommée « Bénin sans UPOV ». Des rencontres physiques de plaidoyer ont eu lieu avec les autorités béninoises au parlement, en présence du ministre béninois de l’agriculture. A l’aide de la plateforme « change.org », nous avons lancé une pétition, qui a reçu plus d’un millier de signataires et de témoignages sur les cinq continents.
Le 13 février 2019, un recours d’inconstitutionnalité de l’UPOV a été déposé à l’encontre du gouvernement du Bénin auprès de la Cour constitutionnelle béninoise, dans le but de préserver les semences paysannes régénérées pendant des siècles, et de défendre le droit d’accès libre des communautés aux semences paysannes.
Dans une deuxième phase, il a fallu contribuer à la conservation des semences :
Un inventaire systémique de la biodiversité culturale a été réalisé dans 7 pôles de développement, en vue d’un état des lieux et d’une préservation de la diversité des semences paysannes. Puis une base de données des bénéficiaires de services semenciers a été élaborée, en vue d’une aide à la prise de décision et d’une gestion durable des ressources disponibles sur chaque espace géographique. Enfin, les semences naturelles et les semences OGM dans le commerce sont identifiées pour fournir aux décideurs des informations pertinentes sur les intrusions de semences et la portée des menaces qui pèsent sur les semences locales.
La troisième phase a consisté à régénérer et diffuser des semences adaptées aux changements climatiques. L’ONG a contribué à l’élaboration du nouveau calendrier agricole dans les 7 pôles de développement agricole en République du Bénin. Les calendriers culturaux issus de 5 espèces de semences paysannes (maïs, riz, manioc, coton, niébé) ont été simulés à l’horizon 2050, face au dérèglement pluviométrique. Des visites régulières en milieu paysan sont effectuées afin d’enrichir la base de données et d’informations sur les semences paysannes.

Principaux résultats obtenus

- Un réseau de 500 observateurs défenseurs des semences locales a été constitué. La mission fondamentale de ce réseau est de constituer une banque génétique naturelle des semences locales en vue de leur préservation.
- 20 journalistes sont renforcés sur la communication en situation de crise. 20 experts sont formés sur la prévision du rendement agricole avec le modèle Aqua-Crop. 99 acteurs du secteur agricole sont formés sur le suivi assisté par satellite des paysages agricoles.
- 10 banques génétiques de semences paysannes sont créées afin de fournir aux agriculteurs et entrepreneurs agricoles des semences locales adaptées aux changements climatiques.
- Le rapport de mise en état d’inconstitutionnalité de l’UPOV sera constitué en faveur de la sauvegarde des semences paysannes au Bénin.

Localisation