Buffelsdraai Reforestation Project / Projet de reboisement à Buffelsdraai

South Africa

2018
plus de 100 000 habitants / more than 100,000
South Africa

KwaZulu Natal

Période de réalisation de l'initiative

du 10/2009 au 11/2017

Description de l'initiative

The Project aims to alleviate climate change impacts associated with Durban hosting several 2010 FIFATM World Cup matches. Local people grow indigenous tree seedlings which they exchange for food and other goods. The role that natural ecosystems play in supporting the livelihoods and resilience of local communities, is also a key focus area. The project was validated by the Climate, Community and Biodiversity Alliance, and achieved a Gold Standard for ensuring exceptional climate change adaptation benefits as well as for benefits to local communities and biodiversity. The project was showcased as one of the ‘Lighthouse Projects’ of the United Nations Framework Convention on Climate Change’s (UNFCCC) Momentum for Change Initiative.
The project has a set of objectives:
- Restoring approximately 800 hectares of locally indigenous forest. Part of this contributes to a carbon offset project for Durban’s 2010 FIFATM World Cup matches. The Project seeks to offset approximately 42,214 tons of carbon over a 20-year period, thus reducing the amount of atmospheric carbon dioxide. The footprint of the 2010 FIFATM World Cup matches was estimated at 307,208 tons of carbon dioxide equivalent (tCO2e).
- While offsetting CO2 emissions (climate change mitigation benefit) was a key target early on, the project continues to deliver valuable climate change adaptation benefits. The forest provides a range of ecosystem services, and helps to regulate local rainfall patterns. Ecosystem services include the enhancement of biodiversity refuges, improved water quality and river flow regulation, flood mitigation, sediment control, improved visual amenity and fire risk reduction.
- Launching a “Sustainable Livelihoods” initiative, to support local community entrepreneurs who engage in local food production.
- Providing environmental education for children and adults from local communities.
- Setting up a research partnership with the local university focusing on advancing knowledge in biodiversity conservation and management in the context of global environmental change. It ensures staff capacity building, and transdisciplinary research is used to address real-world problems.
The beneficiaries are firstly the local community members, who provide all the trees for the project, and some are employed in tasks such as digging holes and planting trees, fighting fires, and patrolling the site for undesirable activities. And secondly, 16 postgraduate research students, whose research in the field of climate change mitigation and sustainable development has been supported.
Pursuing the Indigenous Trees for Life (ITFL) initiative, developed by Wildlands Conservation Trust, allows ‘Treepreneurs’ to grow seedlings at their homesteads and then trade these for credits. The credits can be swapped for groceries, used to pay for school fees or driving lessons, or to purchase building materials. To date, over 700,000 plants and trees (consisting of over 60 species) have been planted at Buffelsdraai. To ensure ongoing socio-economic development in the area, the project mentors individuals in small business development.
The main activities carried out to date are as follows: mentoring of Treeprenuers (local communities who grow the trees) in propagation techniques, mentoring of small businesses, planting locally indigenous trees in old sugarcane lands, promoting sustainability and climate change adaptation through environmental education and outreach, research and student support.

Le projet vise à atténuer les impacts du changement climatique liés à l'organisation à Durban de plusieurs matchs de la Coupe du monde de football 2010. Les populations locales cultivent des semis d'arbres indigènes, qu'elles échangent contre de la nourriture et d'autres biens. Le rôle que jouent les écosystèmes naturels pour soutenir les moyens de subsistance et la résilience des communautés locales sont également des domaines d'intervention clés. Le projet a été validé par l'Alliance Climat, Communauté et Biodiversité, et il a obtenu un Gold Standard pour assurer des bénéfices exceptionnels d'adaptation au changement climatique ainsi que des bénéfices pour les communautés locales et en faveur de la biodiversité. Le projet a été présenté comme l'un des projets phares de l'initiative "Momentum for Change" de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
Le projet a un ensemble d'objectifs :
- L'exploitation d'environ 800 hectares de forêt indigène locale. Une partie de cette somme contribue à un projet de protection du climat en lien avec les matchs de la Coupe du monde de football 2010 à Durban. Le projet vise à compenser environ 42.214 tonnes de carbone sur une période de vingt ans, réduisant ainsi la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. L'empreinte au sol des matchs de la Coupe du monde a été estimée à 307.208 tonnes équivalent dioxyde de carbone.
- Bien que la compensation des émissions de CO2 (volet de l'atténuation des changements climatiques) ait été un objectif clé dès le début, le projet continue d'offrir de précieux avantages en matière d'adaptation aux changements climatiques. La forêt fournit une gamme de services écosystémiques et aide à réguler les régimes pluviométriques locaux. Les services écosystémiques comprennent l'amélioration des refuges de biodiversité, l'amélioration de la qualité de l'eau et de la régulation du débit des rivières, la diminution des inondations, le contrôle des sédiments, l'amélioration du confort visuel et la réduction des risques d'incendie.
- Lancement d'une initiative " Moyens d'existence durables ", pour soutenir les entrepreneurs des communautés locales qui s'engagent dans la production alimentaire locale.
- Contribution à l'éducation environnementale des enfants et des adultes des communautés locales.
- Mise en place d'un partenariat de recherche avec l'université locale, axé sur l'avancement des connaissances en matière de conservation et de gestion de la biodiversité dans le contexte du changement environnemental mondial. Le partenariat assure le renforcement des capacités du personnel ; la recherche transdisciplinaire est utilisée pour résoudre les problèmes concrets qui se posent à nous.
Les bénéficiaires sont d'abord les membres de la communauté locale, qui fournissent tous les arbres pour le projet ; certains sont employés à des tâches telles que creuser des trous et planter des arbres, lutter contre les incendies, et patrouiller sur le site pour des activités indésirables. De plus, seize étudiants de troisième cycle qui conduisent des recherches dans le domaine de l'atténuation au changement climatique et du développement durable ont été soutenus.
La poursuite de l'initiative Indigenous Trees for Life (ITFL), développée par le Wildlands Conservation Trust, permet aux arboriculteurs de cultiver des semis sur leurs terres et de les échanger ensuite contre des crédits. Les crédits peuvent être échangés contre des aliments, utilisés pour payer les frais de scolarité ou des leçons de conduite, ou bien encore pour se procurer des matériaux de construction. A ce jour, plus de 700.000 plantes et arbres ont été plantés à Buffelsdraai. Afin d'assurer un développement socio-économique continu dans la région, le projet offre des services de mentorat pour le développement des petites entreprises.
Les principales activités menées à ce jour sont les suivantes : mentorat des arboriculteurs (communautés locales) pour les techniques de propagation, mentorat des petites entreprises, plantation d'arbres indigènes locaux sur de vieilles terres de canne à sucre, promotion de la durabilité et adaptation au changement climatique par l'éducation et la sensibilisation environnementales, recherche et soutien aux étudiants.

Principaux résultats obtenus

To date, over 700,000 plants and trees (consisting of over 60 locally indigenous species) have been planted at Buffelsdraai. This is on track to offset approximately 42,214 tons of carbon.
16 postgraduate research students have been supported in doing relevant research.
An average of 60 jobs have been created each year.

A ce jour, plus de 700.000 plantes et arbres (dont plus de 60 espèces indigènes locales) ont été plantés à Buffelsdraai. Ce projet est en voie de compenser les émissions d’environ 42.214 tonnes de carbone.
Seize étudiants en recherche postdoctorale ont bénéficié d'un soutien pour effectuer des recherches pertinentes.
En moyenne, 60 emplois ont été créés chaque année.

Localisation