Ecochar

Guinée

2019
Association de développement
Guinée

Matoto Simbaya Ecole

Période de réalisation de l'initiative

du O1/2019 au 12/2019

Description de l'initiative

Depuis le début des années 1990, la protection de l'environnement est devenue une préoccupation collective. La question des déchets est quotidienne et touche chaque individu, tant sur le plan professionnel que familial. Des gestes simples, qui permettent d'agir pour l’amélioration du cadre de vie et la préservation du bien-être doivent relever d’une responsabilité partagée ‘’Chaque citoyen peut jeter moins et jeter mieux’’.
En Guinée, et plus précisément à Conakry, les déchets produits par les activités économiques constituent une préoccupation majeure. Ils participent à la destruction de l’environnement et favorisent le réchauffement de notre planète. L’effet produit sur l’environnement se répercute sur le sol et toute la planète par un phénomène d’eutrophisation, qui se manifeste par une perturbation de l’équilibre biologique des sols et des eaux en raison d’un excès d’azote d’origine atmosphérique par rapport à la capacité d’absorption des écosystèmes.
Le développement économique doit être compatible avec les objectifs de l’environnement. Il est toutefois possible de faire un choix et de prendre des décisions qui favorisent un développement écologique rationnel à court terme, à condition de comprendre les processus environnementaux, de définir les actes nécessaires pour protéger, conserver et valoriser l’environnement. D’où la nécessité de cette initiative, qui vise à mettre en place un système de gestion et de valorisation durable des déchets pour la production de la biomasse sous forme de charbon végétal écologique (Ecochar).
L’identification des intérêts des communautés permet de réduire l’utilisation du bois à des fins domestiques et économiques (cuisine, fumage du poisson, séchage du sel…). L’accès à l’énergie est un facteur essentiel du développement. Cela est mentionné dans les Objectifs de Développement Durable (Agenda Post 2015), en particulier l’ODD n°7, qui vise à « garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes ».
Cette initiative consiste à mettre en place un mécanisme de collecte, de transport, de traitement et de recyclage des déchets pour l’obtention de charbons écologiques et d’engrais. Pour la transformation des déchets, il sera implanté des fours préfabriqués dont l’expérimentation a déjà donné des résultats satisfaisants. Il existe des techniques de production du charbon ; celles-ci sont possibles en Guinée en fonction du budget disponible.
La mise en œuvre de ce projet a permis de lutter contre l’insalubrité, améliorer le cadre de vie des citoyens, protéger l’environnement, lutter contre l’exploitation des ressources forestières pour l’obtention de charbon de bois.
Le projet a permis également de garantir l’autonomisation des femmes et jeunes à travers un système créé pour assurer la collecte, le tri et le recyclage des ordures ménagères ou communales basées sur le principe de l’économie circulaire, à savoir que les déchets sont valorisés en tant que ressources. Un centre de tri sera construit à cet effet afin de permettre le tri des déchets ménagers et industriels au moyen d’équipements spécialisés et d’équipes dédiées.
L’Ecochar (une sorte de carbone écologique) a été appelé « la troisième révolution verte », un charbon végétal sous forme de particules fines (moins de 2 mm) et combiné avec des engrais organiques, l’Ecochar peut être introduit dans une grande variété de sols et de climats.

Principaux résultats obtenus

- Plus de 100 élèves de deux établissements scolaires ont été formés sur les thèmes « Gestion et valorisation des déchets en charbon écologique et conséquences des changements climatiques sur l’agriculture » ;
- Un système de collecte des déchets est opérationnel à Coyah ; un système de tri et de valorisation durable des déchets est mis en place et opérationnel ;
- Le charbon et l’engrais écologique sont fabriqués, les produits sont testés dans les ménages ;
- Des emplois à temps plein pour les jeunes et les femmes sont créés ;
- Plus de 900 kg de déchets ont été utilisés pour les échantillons et la distribution de galettes auprès des ménages.

Localisation