Préservation d’un environnement agricole durable

Sénégal

2018
plus de 100 000 habitants / more than 100,000
Sénégal

Thiès

Période de réalisation de l'initiative

du 01/2017 au 12/2017

Description de l'initiative

L’urbanisation croissante de Tivaouane ainsi que la pression foncière, corrélées à la forte production de déchets ménagers mal gérés par les collectivités locales, perturbent les équilibres écosystémiques naturels.
Pour préserver les moyens de subsistance des populations et encourager l’installation des jeunes en agriculture, le Département de Tivaouane a organisé les acteurs de la filière « déchets organiques » de plusieurs communes à travers le projet « Préservation d’un environnement agricole durable et renforcement de la résilience des jeunes et des femmes aux impacts du changement climatique ». Ce projet ambitionne de créer de la valeur ajoutée et de développer des stratégies d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques en s’appuyant sur les principes de territorialisation et d’intercommunalité pour structurer la filière déchets, restituer de la fertilité aux sols, développer la productivité agricole et améliorer les moyens de subsistance des populations locales.
A long terme, le projet vise le renforcement de la résilience des populations du centre nord du bassin arachidier aux impacts du changement climatique ; il vise un développement socioéconomique inclusif durable. Il ambitionne, à travers la gestion et valorisation des déchets en agriculture et le développement de l’agroécologie, l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations. Enfin, la valorisation des déchets ménagers en compost permet de séquestrer du carbone, ce qui réduit les émissions de gaz à effet de serre.
Dans le cadre d’un appel à proposition, le conseil départemental de Tivaouane a sélectionné un opérateur pour l’aménagement de centres de traitement dans quatre communes. La création de ces centres a permis de supprimer les dépotoirs sauvages et ainsi d’améliorer le cadre de vie des habitants. Les centres ont recruté des employés pour le traitement des déchets et la fabrication du compost, que les agriculteurs peuvent acheter à un coût inférieur à celui du marché.
Un ensemble d’activités ont été menées.
Pour faciliter une bonne appropriation des pratiques agro-écologiques, l’ASODIA a conduit une formation de formateurs pour des animateurs et des producteurs leaders sur les principes de l’agro- écologie. Cette session a regroupé dix participants. Pour chaque zone, il est maintenant proposé un ou plusieurs modèles agro-écologiques, adaptés au contexte environnemental et social (couverture vivante des sols, intégration d’arbres fertilisants et d’engrais verts, gestion rationnelle de l’eau, association et diversification de cultures…), dont les avantages sont partagés au niveau des organisations de base. Les participants à la première formation ont démultiplié leurs connaissances auprès de 100 maraîchers prêts à progresser vers une transition agro-écologique.
Au moins 1000 plants d’arbres fertilitaires (arbres qui permettent de maintenir la fertilité des terres agricoles dans le long terme) ont été mis à la disposition d’entreprises locales pour leurs besoins de reboisement. Le but est de participer à la restauration des terres qui leur étaient octroyés pour l’exploitation agricole.
Des catalogues et brochures en langues locales sur la gestion et valorisation des déchets, les emplois verts et les pratiques agro-écologiques ont été édités.
Un reportage effectué sur la filière « déchets ménagers urbains » et la filière « emplois verts » a été réalisé ; il sert de support de plaidoyer auprès des politiques publiques.

Principaux résultats obtenus

Les quatre communes bénéficiaires disposent de plans communaux de gestion des déchets. Les pratiques agro-écologiques sont mieux maîtrisées grâce aux recherches et aux investissements réalisés dans les exploitations exemplaires. L’émission de gaz à effet de serre est réduite par la séquestration du carbone via le compostage.
D’autres résultats à long terme peuvent être relevés :
- la salubrité urbaine est améliorée et l’environnement protégé
- la collaboration entre communes et entreprises locales sur la gestion des déchets est pérennisée
- des emplois verts génèrent des moyens de subsistance pour certaines populations
- la résilience des populations aux changements climatiques est renforcée
- la fertilité des sols dégradés est reconstituée progressivement
- la démultiplication du projet dans les autres collectivités locales du département est envisagé

Localisation