Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY)

Cameroun

2018
plus de 100 000 habitants / more than 100,000
Cameroun

Yaoundé

Période de réalisation de l'initiative

du 06/2006 au 06/2018

Description de l'initiative

Avec un parc automobile de près de 300.000 véhicules, les émissions de gaz à effet de serre sont estimées à 212 kg eq CO2/hab./an. L’urbanisation rapide entraîne la destruction du couvert forestier susceptible de séquestrer une partie des GES émis. Le réchauffement fait augmenter l’évaporation des eaux de surface à Yaoundé. Il s’ensuit une augmentation de l’intensité des précipitations. Les quantités importantes d’eau de ruissellement dépassent alors les capacités des ouvrages de drainage constitués de cours d’eau naturels. D’où la fréquence des inondations, avec leurs conséquences néfastes telles que destructions d’infrastructures et de biens, augmentation des risques de décès, de maladies d’origine hydrique et du paludisme.
On constate à Yaoundé une plus grande variabilité des précipitations et une hausse de la fréquence des épisodes de fortes précipitations.
Ces variations entraînent un manque de prévisibilité de la hausse des niveaux d’eau dans le principal exutoire des eaux pluviales, le Mfoundi et ses affluents. Cela est à l’origine de débordements importants dans le centre-ville, où se concentrent les activités administratives, commerciales et économiques.
Le Plan National d’Adaptation aux Changements Climatiques du Gouvernement du Cameroun vise, entre autres, à actualiser les documents de planification urbaine, en tenant compte des effets des changements climatiques, et à élaborer des plans d'adaptation à ces changements.
La population de la ville est estimée à 3 millions d’habitants. Le projet concerne plus directement près de 1,8 millions personnes de l’agglomération.
Le Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY) est une des actions d’adaptation et de résilience aux changements climatiques qui a comme objectifs la résolution des problèmes d’inondation dans le centre-ville, l’amélioration du cadre de vie des populations et le renforcement des capacités des parties prenantes du secteur de l’assainissement.
Ces objectifs ont été atteints à travers la construction d’infrastructures de drainage et le suivi des fluctuations des niveaux d’eau dans les rivières par : l’acquisition de matériels hydrologique et informatique, pour le suivi hydrologique et la gestion des données, la formation des agents de la Communauté Urbaine pour la mise à jour de la base de données informatique du SIG, la réalisation d’une étude de prévention des inondations et l’actualisation du volet « eaux pluviales » du Plan Directeur d’Assainissement.
Les eaux pluviales déversées annuellement sur Yaoundé sont drainées par un « réseau primaire », constitué principalement d’un réseau hydrographique très dense, dominé par le Mfoundi. Les cours d’eau, canaux ouverts, écoulements naturels de cours d’eau, sont parfois utilisés comme dépotoirs de déchets de toute nature et de collecteurs des eaux usées, ce qui entrave l’écoulement normal des eaux de ruissellement, provoquant ainsi des inondations avec des dégâts considérables.
Dans le cadre du projet PADY, 20 km de canaux bétonnés sur le Mfoundi et ses affluents ont été construits. Un appui a été accordé à la construction d’une station de dépotage et de traitement des boues de vidange, l’organisation de la pré-collecte des ordures ménagères pour éviter leur rejet dans les cours d’eau. De plus, des campagnes sur l’hygiène, la santé et les effets liés aux changements climatiques ont été menées.

Principaux résultats obtenus

Les résultats obtenus sont principalement :
- l’évacuation des eaux pluviales est facilitée ;
- la fréquence des inondations dans le centre-ville est passée de 15 à 3 par an, entre 2006 et 2011 ;
- les taux de prévalence des maladies hydriques consécutives aux fréquentes inondations (paludisme, typhoïde et diarrhées) ont diminué ;
- respectivement de 47%, 47% et 36%, au cours de la période 2007 -2011 ;
- un aménagement paysager des abords des canaux a été réalisé ;
- les conditions de vie des populations ont été améliorées.

Localisation