École verte et parcelle verte

République Démocratique du Congo

Association de quartier
République Démocratique du Congo

Commune de Karisimbi, Ville de Goma

Période de réalisation de l'initiative

du 08/2014 au 12/2015

Description de l'initiative

L’augmentation de la température et l’usage des sachets plastiques comme combustibles sont deux problèmes identifiés par l’association. En réponse à cela, deux projets ont été menés.
Selon le département de géophysique de l’observatoire volcanologique de Goma, sur une période de 15 ans il ya eu augmentation de 2,22 degré Celsius à Goma et avec une augmentation rapide de 2011 à 2013, années au cours desquelles les phénomènes les groupes électrogènes communautaires et l’usage des sachets comme combustibles et leurs incinérations ont pris de l’ampleur. C’est que GEAPE a initié deux activité : « école verte » et « parcelle verte »
Le projet « école verte »
Cette activité consiste à planter les arbres dans les écoles. Elle répond à deux objectifs : mettre à la disposition des enseignants les matériels didactiques concrets (tels que « les arbres pour les leçons » à caractère environnemental) et inculquer aux jeunes esprits l’importance de l’arbre dans la lutte contre le réchauffement climatique. Projet « école verte » est une réponse aux effets négatifs du changement climatique parce que la vraie solution c’est changement de mentalité. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il faut encourager des changements de comportement. Cela commence par la base, c’est pourquoi GEAPE éduque la jeunesse et l’engage à participer à la lutte contre le réchauffement climatique. L’urgence c’est d’inculquer l’idée de ne plus brûler les sachets plastiques. On passant par les enfants, on sensibilise les parents. Plus de 5000 élèves ont été sensibilités et 400 arbres ont été plantés dans les écoles.
Projet « parcelle verte »
La combustion et l’incinération des sachets par les ménages dans la ville de Goma émettent, chaque mois, 64 512 m3 de dioxyde de carbone et autres gaz toxiques. C’est l’équivalent des émissions de CO2 de 64.512 voitures ordinaires qui parcourent chacune 100 km. Cette pratique non seulement contribue au dégagement de gaz à effet de serre mais elle expose aussi les filles et les femmes aux maladies respiratoires. Selon les statistiques de la Division Provinciale de Santé du Nord-Kivu, au cours de l’année 2012, il y a eu 428.975 cas d’infections respiratoires aigües (IRA) et 405.839 cas de grippe. Les IRA sont le troisième type de maladies mortelles. En outre, en République Démocratique du Congo, le secteur informel du commerce est occupé par 60% des femmes et cela constitue le cœur de l’économie réelle qui fait vivre la majorité de la population congolaise. Les femmes en sont les principales actrices. Cela prouve que, lorsque la jeune fille et/ou femme est malade, elle est improductive et cela place les familles dans une plus grande précarité. GEAPE a pensé qu’il était nécessaire et judicieux de planter des arbres dans les parcelles des ménages. Cette approche a beaucoup d’avantages parce qu’une plante de la parcelle est considérée comme un bien de la famille qui en prend le plus grand soin. Ce souci de préservation des arbres se transmet de génération en génération. Plus de 350 ménages sensibilisés, avec une moyenne de 8 personnes par famille, et chaque ménage a obtenu 4 plantules pour sa parcelle.

Principaux résultats obtenus

- la séquestration du CO2 par les plantes au niveau des parcelles
- la diminution de l’usage des sachets comme combustible par les ménages
- l’engagement des familles dans la lutte contre le réchauffement climatique
- l’éducation des familles à l’importance de l’arbre dans la vie