Lutte contre la pauvreté et la désertification

Madagascar

ONG locale ou nationale
Madagascar

Sud

Période de réalisation de l'initiative

du 11/2011 au 12/2014

Description de l'initiative

Le rapport sur le développement humain du PNUD mentionne que l’indice de développement humain pour la région du sud était, en 2008, de 0,393. Ce qui en fait la région la plus pauvre de Madagascar. L'absence d'une réponse immédiate au problème de l'insécurité alimentaire dans le sud fait peser un risque important sur la situation de 136.000 enfants de moins de cinq ans.
La région reçoit entre 300 et 600 mm d’eau en moyenne par an. Les vents violents conduisent à une dégradation et à un assèchement des terres sableuses en raison de l’érosion éolienne et de l’évaporation. Les cultures en sont affectées. Aussi la région est-elle particulièrement sensible aux crises alimentaires aiguës (kere en dialecte local) lors des années de sécheresse. Avant, la période de pluie était plus longue dans cette région mais depuis quelques années, avec le changement climatique, la pluie ne tombe que quelques mois dans l’année.
La collaboration entre EFA et la société Phileol a permis de trouver une solution pour sortir la population du sud de cette crise. Le ricin est l’une des rares plantes qui s’adaptent aux nouvelles conditions climatiques et à un sol aride. La plante ne nécessite pas de beaucoup d’eau pour croître et, de plus, c’est une plante qui produit des graines très riches en huiles utilisées pour la fabrication de cosmétiques. Donc, en plus de son effet bénéfique dans la lutte contre la désertification, le ricin augmente et sécurise les revenus des paysans du sud.
L’objectif du projet est double : combattre la pauvreté et lutter contre la désertification.
Le ricin est un arbuste qui peut atteindre 3 m. C’est une plante pivotante qui joue un rôle efficace de brise-vent dans cette zone à très fort régime éolien. Ce rôle de brise-vent est capital puisque le ricin empêche la formation de dunes. Le calendrier de production du ricin coïncide avec la période de soudure, où la nourriture et l’eau manquent. L’argent gagné grâce à la vente du ricin sert à l’achat de produits alimentaires et de l’eau. Les tourteaux sont destinés à la fertilisation biologique utilisée pour les autres cultures.
EFA s’est appuyée sur ces avantages pour développer une collaboration qui vise à renforcer les capacités socioéconomiques des populations dans le cadre d’une démarche gagnant-gagnant avec la société Phileol.
5 000 producteurs; soit 30 000 personnes (producteurs et leurs familles) sont directement concernées.
Les actions menées consistent à aider les producteurs pour produire du ricin, de les organiser et de les accompagner dans la négociation. L’approche utilisée est la chaîne de valeur, des semences jusqu’à la commercialisation. Pour le volet sécurité alimentaire, il est suggéré d’associer la culture du ricin avec celle de plantes telles que le maïs et la patate douce.
Il a fallu faire preuve de pédagogie pour convaincre une population peu familiarisée avec des dispositifs de formation et fortement pénalisée par un faible niveau de scolarisation. En raison du changement climatique, les graines de ricin explosent dans le fruit et tombent à terre. Afin de limiter les pertes après récolte (pertes qui peuvent atteindre 40%), des formations ont été organisées et des matériels, tels que des tamis, ont été mis à disposition des producteurs.
Pour la production des semences améliorées, EFA a collaboré avec le GRET ; 500 producteurs ont été formés pour devenir des producteurs semenciers. Pour pouvoir négocier, un appui à la structuration autour des lignages a été faite par InTERREface. EFA a mis à disposition des 212 groupements de producteurs des matériels agricoles (charrues, sarcleuses) et a accompagné, sur le plan technique, les 5000 producteurs. Des formations ont été réalisées et des supports techniques diffusés.

Principaux résultats obtenus

- 5000 producteurs maîtrisent la technique de production de ricin et peuvent faire face aux effets négatifs des changements climatiques
- 3500 ha sont cultivés : plantation de ricin et d'autres cultures à vocation alimentaire.