Maîtrise de la gestion des terres de pâturage

Djibouti

Association de développement
Djibouti

Dittilou, Tadjourah

Période de réalisation de l'initiative

du 01/2013 au 12/2015

Description de l'initiative

La République de Djibouti est caractérisée par un climat aride chaud et une pluviométrie faible sur la quasi-totalité de son territoire. Les changements climatiques ont aggravé cette situation. Une partie du bétail a été perdu en raison de sévères périodes de sécheresse.
L’objectif du projet est d’augmenter l’accès des communautés rurales à l’eau et de renforcer la capacité de ces dernières à mieux gérer les ressources hydrauliques et agro-pastorales dans les zones du projet à travers une approche participative (développement communautaire). Les bénéficiaires sont les communautés pastorales des Massifs du Mont-Goda.
Le projet, basé sur une approche participative, s’est déroulé en trois grandes étapes :
- la sensibilisation et l’organisation des communautés pastorales
- la mise en défens d'une parcelle de 400 ha dans 4 sites forestiers des massifs du Mont-Goda
- la réalisation des travaux de conservation des eaux et des sols (CES) dans chaque site de mise en repos.
Ce projet a permis d'augmenter l’offre fourragère dans les parcours ciblés des zones du projet par la mise en repos de 1600 hectares au total, et de régénérer la forêt avec les plants cultivés en pépinière.
Ce projet est intégrateur car il participe à l’atténuation de la pauvreté, l’amélioration de la gouvernance, la prévention des catastrophes naturelles et le relèvement après celles-ci. Le projet a aussi été attentif à la problématique hommes-femmes. De plus, il a permis de lutter contre la pauvreté en milieu rural, surtout celle des populations nomades et transhumantes, qui sont défavorisées dans la société. Il permet à ces dernières un meilleur accès aux services sociaux de base tels que l’eau, l’hygiène et l’assainissement. Il permet d’assurer une gouvernance en intégrant une planification environnementale et de lutte contre la dégradation de terres par les populations elles-mêmes, à travers leur participation dans des Comités de Gestion des Eaux et des Sols (CGEP) et leur contribution aux activités de gestion de l’eau, des sols et des ressources naturelles. L’organisation en comités locaux pour la gestion des ressources en eau et des ressources forestières est un atout pour la pérennité du projet.

Principaux résultats obtenus

- prévention des catastrophes naturelles, comme la sécheresse et la soif pour les humains et le bétail
- amélioration de la résilience des populations face aux aléas naturels
- bonne gestion et conservation de la forêt, qui contribuent à minimiser les impacts des changements climatiques
- régénération et plantation des arbres, qui contribuent à améliorer les services des écosystèmes naturels et à procurer du fourrage pour le bétail
- captage et conservation des eaux de surface et de pluie, qui allègent le travail des femmes et des enfants dans la recherche de l’eau pour les besoins domestiques et le bétail.