Mitigation des effets du changement climatique

Cameroun

2017
plus de 100 000 habitants / more than 100,000
Cameroun

Mora

Période de réalisation de l'initiative

du 03/2012 au 09/2013

Description de l'initiative

Située dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun, la commune de Mora subit un climat soudano-sahélien qui comprend neuf mois de saison sèche et trois mois de pluies. Les précipitations dépassent rarement 700 mm et l’harmattan, vent dominant, cause d’importants dégâts aux habitations et aux cultures.
Comme l’ensemble de la région, Mora subit durement les affres du réchauffement climatique à l’exemple du Lac Tchad (25000 km² en 1964 et seulement 2500 km² à ce jour). On observe également une importante érosion fluviale due au ruissellement des eaux provenant des pluies violentes. La végétation, clairsemée et disparate, est composée d’épineux et de savanes arbustives.
A ces facteurs naturels, s’ajoute la destruction du maigre couvert végétal en raison de l’exploitation du bois d’œuvre et du bois de chauffe (consommation estimée à 204 kg par mois et par famille de sept personnes) et aussi de la divagation des animaux.
Les conséquences sont de diverses natures : amenuisement du couvert végétal, disparition de certaines essences, forte élévation de la température ambiante (celle-ci varie de 17°C en janvier à 45°C en avril), baisse de la nappe phréatique, accentuation de l’érosion et diminution des pâturages.
Face à cette situation, la Commune de Mora a inscrit des actions de mitigation des effets du changement climatique dans son Plan de Développement.
L’objectif général de l’initiative est de contribuer à l’atténuation des effets du changement climatique à travers l’amélioration de la couverture végétale, le renforcement de la synergie entre les acteurs et l’appropriation par les bénéficiaires des actions de protection de l’environnement.
Cet objectif général se décline en plusieurs objectifs spécifiques, qui prennent en compte les principes du développement durable comme cela est suggéré dans les programmes nationaux :
- renforcer les actions de reboisement en impliquant davantage les femmes et les élèves ;
- promouvoir l’économie du bois énergie ;
- renforcer les capacités des pépiniéristes locaux afin qu’ils produisent des plants de qualité et en quantité ;
- élaborer et mettre en œuvre le plan d’aménagement de la forêt communale.
C’est la population dans son ensemble qui bénéficie de l’initiative, et en particulier les femmes qui effectuent la corvée de collecte de bois de chauffe ainsi que les jeunes (emplois temporaires).
La méthodologie adoptée comprend trois volets :
- sensibilisation, éducation et formation à la lutte contre la déforestation (lors d’ateliers participatifs) ;
- planification stratégique à travers l’inscription de l’initiative dans le Plan Communal de Développement ;
- implication des différentes parties prenantes dans la mise en œuvre des activités.
Un ensemble d’activités ont été conduites. Tout d’abord, une distribution gratuite de plants de fruitiers aux femmes de la zone d’intervention du projet. Puis, le reboisement avec plus de 15000 plants d’espèces peu gourmandes en eau, sur une zone de143 ha. Cela s’est accompagné de la sensibilisation et de la formation des élus locaux, leaders traditionnels, autorités religieuses, responsables d’associations féminines et de communautés à la base, femmes et jeunes, ainsi que d’autres personnes relais. Cela en langues locales et en prenant en compte des données culturelles spécifiques. Il s’est agi de diffuser des informations sur les conséquences des changements climatiques et sur les mécanismes de lutte et de mitigation de leurs effets.
Une autre activité a été la constitution d’une réserve forestière destinée à l’exploitation du bois de chauffe ; des espèces à fort taux de retour ont été sélectionnées à cette fin. A noter enfin la mise en place de deux Comités de Veille Environnementale, comprenant au moins deux femmes et trois jeunes parmi les dix membres. La mission de ces Comités est d’informer les citoyens sur leurs droits.

Principaux résultats obtenus

- perception d’une baisse de la température et de l’amélioration du micro climat de la commune
- progression du désert freinée grâce à la mise en place d’une réserve forestière de près de 150 ha
- érosion ralentie et impacts des catastrophes naturelles atténués grâce la densité du couvert végétal
- réduction de la pénibilité de la corvée de collecte de bois en raison du bois de chauffe rendu disponible par le taux de reprise de 50% de la forêt régénérée et des espèces utilisées
- accroissement des ressources de la Commune par la vente du bois de feu et du bois d’œuvre issus de la réserve forestière
- amélioration de l’autofinancement des actions de reboisement par la création d’une caisse spéciale approvisionnée par la vente du bois
- adoption des meilleures pratiques de gestion et de protection de l’environnement par les populations, notamment la protection des arbres et la limitation de la divagation des bêtes
- création d’emplois pour les jeunes.

Localisation