Plantation d’espèces endogènes

Togo

Femmes (en individuel ou en groupe)
Togo

Danyi (Région des plateaux)

Période de réalisation de l'initiative

du 06/2012 au 11/2015

Description de l'initiative

L’agglomération de Danyi N’digbé est considérée comme l’un des centres semi-urbains les plus pauvres du pays. Au Togo, et particulièrement à Danyi, la dépendance étroite des populations, surtout rurales, à l’égard des produits forestiers est assez forte. C’est ainsi que les produits forestiers (cure-dents, plantes médicinales, éponges végétales, nattes, plantes fourragères, kapok, gommes, résines et tanins, miel et produits de la faune) indispensables à la vie quotidienne des populations sont devenus extrêmement rares. Cela a accentué la précarité dans laquelle vivent ces populations. L’exploitation forestière, qui se fait sans ménagement et de façon illicite, contribue à la raréfaction, voire à la disparition, de certaines essences forestières et à la dégradation rapide du potentiel de régénération des forêts.
Les menaces qui pèsent sur la diversité biologique s’expliquent par le faible niveau d’éducation des populations locales en gestion environnementale, la méconnaissance du cadre réglementaire en matière de conservation et d’utilisation de la biodiversité, et la pauvreté. Cela constitue un cercle vicieux.
Les connaissances endogènes sur l’utilisation de ces espèces disparaissent avec la raréfaction des dites espèces : les semences ou les plants indispensables aux activités de reboisement font cruellement défaut.
Le Groupement des Femmes LOLONU a reçu un financement pour la création d’un Centre de Semences Forestières de Danyi (CSFD). L’objectif général de ce projet est de contribuer durablement à la sauvegarde de la biodiversité dans la localité de Danyi. Ce centre permet de distribuer des plants aux populations.
Plus précisément, il s’agit de répertorier et de documenter les espèces médicinales menacées et les connaissances endogènes liées à leur utilisation, de renforcer les capacités des communautés locales à agir sur les aspects socio-économiques et écologiques des ressources forestières, et d’assurer la disponibilité en plants et en semences forestières médicales pour le développement de la foresterie communautaire et la restauration de l’environnement.
Un ensemble d’activités ont été menées :
- la réalisation d’une étude sur les espèces en disparition et les intérêts ethnobotaniques qu’elles représentent. L’étude révèle une richesse culturelle liée à l’usage des plantes dans le milieu.
- la production de plants pour le reboisement : 11.000 plants ont été produits, de trois espèces différentes
- la création et l’animation de trois « clubs environnement » en milieu scolaire. Les clubs ont pour objet de partager l’idéal du développement durable, de le propager et de s’associer à l’œuvre du Centre de Semences Forestières de Danyi, à savoir la connaissance sur l’utilité des arbres menacés de disparition, la plantation des arbres et leur entretien.
- la construction d’un bureau au centre de semences forestières
- la plantation d’arbres sur 10 hectares à N’digbé
- la réalisation d’un forage afin de disposer de l’eau nécessaire à l’irrigation des 10 hectares.

Principaux résultats obtenus

- préservation de l’écosystème forestier et reboisement de zones dégradées
- protection de la biodiversité
- préservation des savoirs traditionnels : connaissance endogène des arbres utiles sur le plan médicinal
- connaissance des jeunes formés sur les plants et les systèmes de sauvegarde de la biodiversité
- développement d’activités économiques telles que l’élevage des escargots et l’apiculture.
Les plantations permettent de reconstituer un micro climat. Et en stockant le carbone, les arbres contribuent à l’atténuation des changements climatiques.