Production de plantes performantes de l’Arganier-culture

Maroc

2017
Jeunes (moins de 35 ans, en individuel ou en groupe)
Maroc

Chtouka Ait Baha

Période de réalisation de l'initiative

du 03/2010 au 05/2015

Description de l'initiative

De toutes les espèces forestières du Maroc, l’arganier est certainement la plus ancrée dans les traditions et les coutumes des populations autochtones. Cet ancrage se mesure non seulement aux revenus économiques que procure l’arganier mais aussi à la part qu’il occupe dans l’imaginaire culturel et religieux. L’arganier est un exemple vivant de la parfaite symbiose entre l’homme et la nature. Il est le pivot des systèmes agro-forestiers. Cet arbre multi usages a façonné le pays et sculpté les paysages. Il nourrit les hommes et les animaux. Il a retenu le sol qui sans lui aurait été emporté vers l’océan. L’arganier est symbole de l’éternité : présent avant l’arrivée de l’homme, il l’a accompagné depuis l’Antiquité et il est capable de lui assurer une vie douce et agréable jusqu’à la fin des temps. Raison pour laquelle l’UNESCO a déclaré la réserve biosphère de l’arganier comme patrimoine mondial en 1998. Et en 2014, elle l’a reconnue comme patrimoine immatériel de l’humanité.
L’Arganeraie est le dernier rempart contre la désertification et de ce fait elle contribue à la préservation des sols ce qui permet de pratiquer l’agriculture vivrière. Elle sauvegarde le couvert végétal qui constitue une protection contre l’évaporation de l’eau. Les arganiers créent des zones d’ombres qui sont favorables au développement de certaines espèces végétales qui ne supportent pas l’exposition au soleil.
La réserve de la biosphère de l’arganier (RBA) couvre plus de 830.000 ha et abrite une population estimée à plus de trois millions de personnes qui vivent directement de cette forêt. La RBA constitue un écosystème particulier et riche par sa diversité en faune et en flore. Cependant 600 ha disparaissent chaque année et les arbres vieillissent.
Les dérèglements climatiques et l’intérêt croissant pour l’huile d’argane sont les deux constats à l’origine de l’initiative dont l’objectif général est de diffuser une variété végétale de l’arganier intéressante sur le plan économique et de répondre aux défis écologiques telles que la désertification et les changements climatiques. Cela se décline en quatre objectifs opérationnels :
- assurer un revenu stable et conséquent à la population ;
- amener la population à prendre soin de l’arbre et à le protéger ;
- préserver le couvert végétal et sauvegarder l’écosystème de la biosphère de l’arganier ;
- capter du CO2 et contribuer ainsi à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.
Les bénéficiaires sont en premier lieu les membres de la coopérative. Il est envisagé de lancer un programme de sensibilisation des populations de l’Arganeraie dès que les plants pourront être produits en grande quantité. Le projet permet la création d’emplois verts au profit de la population de l’Arganeraie qui s’est constituée en associations et en fédérations des usufruitiers et utilisateurs de l’arganier. Des séances de sensibilisation sont conduites pour les élèves des écoles pour les informer sur l’importance de préserver l’équilibre écologique fragile que constitue l’Arganeraie. Cela prend la forme d’ateliers et de démonstrations qui montrent les conséquences néfastes d’un mauvais entretien de l’Arganeraie.
Afin de parvenir à un bon résultat il a été nécessaire de choisir des variétés d’arganier qui répondent à certains critères : croissance rapide, première récolte deux années après la plantation (au lieu de cinq), fruits de grande qualité, arbres très productifs, résistance à la sécheresse, production de qualité pour répondre à la demande du marché international et national.
Lors des visites du terrain, nous avons adopté une méthodologie qui impliquait la population locale car c’est elle qui détient le savoir millénaire.
Les activités ont été par ordre chronologique :
- l’identification du site de la plantation et son acquisition
- la mise en place de la pépinière sous serre
- la recherche des meilleures souches pour la production de variétés performantes et résistantes
- l’amélioration génétique par la sélection des graines
- la production de plants et leur acclimatation avec le milieu
- la maitrise de la conduite technique de la production et la formation des jeunes volontaires
- les visites à la population pour la sensibiliser
- la transplantation chez les demandeurs
- la création des premiers vergers de l’arganier chez les particuliers
- le référencement par les centres de recherche nationaux et internationaux
- l’accompagnement des producteurs et le suivi des rendements en plein champ pour afin d’apprécier la rentabilité économique de l’arganier-culture.
Les vergers créés comprennent plus de 1000 plants adultes fructifiés en capacité de produire.

Principaux résultats obtenus

- amélioration génétique de l’arganier par la sélection d’arbres performants : croissance rapide, production élevée, fruits faciles à concasser, meilleure résistance à la sécheresse
- constitution d’un couvert végétal plus dense sur les parcelles replantées ce qui diminue l’évaporation de l’eau
- amélioration des conditions socio-économiques de la population ce qui se traduit notamment par une baisse de l’utilisation du bois pour la cuisson au profit du gaz
- création d’un nombre important d’emplois verts pour les jeunes des villages, emplois qui contribuent à la sauvegarde de l’écosystème
- acquisition de techniques de gestion rationnelle de l’eau
- fixation de la population locale et réduction de la migration vers les villes.

Localisation