Projet de création d’une zone d’intérêt biologique

Guinée

2016
ONG locale ou nationale
Guinée

Forécariah, Moussaya

Période de réalisation de l'initiative

du 08/2014 au 11/2014

Description de l'initiative

La Guinée est à la fois sensible et exposée au changement climatique. Située aux portes du Sahel, une des régions du monde les plus affectées par le changement climatique, la Guinée doit diminuer rapidement sa vulnérabilité au changement climatique : c’est une urgence pour sa population ainsi que pour les pays voisins.
La zone côtière est une zone stratégique en Guinée. En effet, elle est la première zone économique de la Guinée et abrite environ 38% de la population. Elle joue également un rôle fondamental pour les secteurs agricole et énergétique. Elle contribue pour 24 % à la production nationale en riz. Le potentiel en terres agricoles du littoral est de 1,3 million d’hectares dont 380.000 ha sont cultivés chaque année. Diverses cultures céréalières, fruitières, maraîchères et tubercules sont pratiquées en arrière des zones de mangrove. Sur les 38. 000 ha de mangrove initialement existants, plus de 140.000 ha ont été convertis en rizière. En ce qui concerne l’énergie, elle fournit par l’intermédiaire de la mangrove 60 % de l’énergie domestique de la capitale et des principales villes du littoral.
La zone côtière est particulièrement vulnérable aux changements climatiques, du fait de l’élévation du niveau de la mer et de l’intensification de l’érosion sur les côtes, avec des impacts sur les ressources halieutiques, la destruction d’infrastructures dans les villes et villages côtiers et la disparition ou la salinisation des plaines rizicoles. Tous ces éléments font de la zone côtière une zone soumise à très forte pression, en raison des activités économiques qui s’y implantent, de l’urbanisation anarchique qui s’impose, faute de code littoral et de respect du code foncier et des impacts des changements climatiques.
L’objectif général du projet est de promouvoir une gestion durable de la forêt communautaire de Moussayah en garantissant la conservation de la biodiversité et le bien-être des populations. Il se décline en ceux objectifs spécifiques : diffusion d’équipements de cuissons améliorés (foyers en métal) et reboisement d’environ 5 hectares avec 3125 plants.
Les bénéficiaires du projet sont les principalement les femmes (les ménagères), mais aussi les autres habitants et les organisations de la société civile et les organisations communautaires de base.
Le projet a été présenté à la population, aux élus locaux, aux autorités préfectorales et traditionnelles lors de séances participatives consacrées au reboisement, à la cartographie, à la formation des pépiniéristes.
Les activités suivantes ont été réalisées :
- prises de contact avec les autorités locales (responsables sous préfectoraux, de districts et de la commune rurale) et les bénéficiaires du projet (les responsables des organisations communautaires de base et les femmes).
- rédaction de messages de sensibilisation
- réalisation de supports de sensibilisation et de visibilité : vidéogramme sur les foyers améliorés, 100 affiches pour l’information, une plaque qui indique la zone reboisée et donne des informations sur les foyers améliorés
- préparation et tenue d’une série de séances de sensibilisation
- achat de 3125 plants.
- reboisement de 5 ha
- relevé des points GPS du site de reboisement.
- formation de 10 personnes en technique de mise en place des pépinières
- création d’un système de cartographie pour le suivi et l’évaluation des utilisateurs des foyers améliorés dans la zone du projet
- formation de deux animatrices pour effectuer le suivi et l’évaluation des utilisatrices des foyers améliorés
- mise en place d’une équipe de 5 personnes pour la pérennisation des activités du projet et le développement d’un éco-guide.

Principaux résultats obtenus

- les espaces à usages multiples et les espaces destinés à la conservation de la faune sauvage sont reboisés;
- les capacités organisationnelles, opérationnelles et managériales des organisations communautaires de base sont renforcées;
- l’utilisation de 1000 foyers améliorés est promue et adoptée par les bénéficiaires;
- une cogestion de la ZIB (Zone d’Intérêt Biologique) est négociée et un Plan de Gestion Multi Acteurs est élaboré, adopté et mis en œuvre.

Localisation