Reboisement intensif et agriculture durable

Togo

2016
Association de développement
Togo

Dapaong

Période de réalisation de l'initiative

du 12/2013 au 12/2015

Description de l'initiative

Les changements climatiques et leurs effets sont une réalité dans notre région marquée par la perturbation du cycle saisonnier : de 6 mois de pluie, on est passé à 4 voire 3 mois en l’espace de 20 ans seulement). Les pluies, qui commençaient d’habitude en avril, débutent désormais entre avril et juillet selon les années, mettant les paysans dans l’incertitude et les obligeant à changer de cultures (sorgho et mil de 6 mois, naturels, ont presque disparu au profit des semences améliorées). La période de l’harmattan est réduite, au profit d’une période de chaleur plus longue de trois mois, au lieu d’un mois et demi auparavant. Cela fait que les paysans ne produisent plus les semences. A cela, il faut ajouter le système d’habitats dispersés, la règle ici, la pratique des feux de végétation, la culture sur brûlis et l’élevage traditionnel, et l'utilisation des engrais chimiques et des pesticides, qui ont complètement dégradé les sols et le couvert végétal. Il en est résulté une faible productivité, la famine, l’exode rural et une perte de biodiversité.
Précisément, le projet Reboisement Intensif et Agriculture Durable a été mis en œuvre par l’équipe de l’association, au bénéfice de la région des Savanes. Il a été constaté que les pépiniéristes, soit plus de 18 375 personnes, dont 9975 femmes, ignoraient la nouvelle technique de compostage qui permet de restaurer des sols dégradés. Dans les 13 nouveaux villages ciblés, les populations ne reboisaient pas, les sols étaient dégradés et pauvres, et les femmes manquaient de bois de chauffe. 220.000 m² de parcelles à reboiser étaient nus et les populations manquaient d’eau pour entreprendre le maraîchage en saison sèche. De nombreux jeunes avaient déserté les villages pour les villes. Le jardin botanique de l’association n’était peuplé que de 39 espèces végétales à vertus thérapeutiques et alimentaires sur les 51 identifiées.
Le principal objectif du projet est de reconstituer le couvert végétal en reboisant avec les légumineuses (acacias et leucenas surtout), qui gardent leurs feuilles en saison sèche pour piéger le maximum du gaz carbonique. Il se décline en trois objectifs :
- sensibiliser et former les ruraux de toute la région des Savanes à la sylviculture
- contribuer à reconstituer le couvert végétal
- former les ruraux au compostage rapide en leur facilitant le maraîchage dans les plantations communautaires.
Les principales activités sont;
- la sensibilisation de la population de 21 localités de 1338 personnes directement touchées, dont 890 femmes,
- la formation des habitants de 29 villages,
- le reboisement de 22 ha dans 13 localités soient 7700 jeunes plants mis en terre,
- le fonçage de 22 puits maraîchers dans 13 localités (1 puits par hectare).

Principaux résultats obtenus

- bénéfice en termes de capture de CO2 : feux de végétation réduits de 70% et 6115 arbres capturent le CO2,
- bénéfice en termes de micro climat : les années 2014 et 2015 ont été presque normales sur le plan climatique
- bénéfices sur le plan social : le maraîchage a fourni des revenus supplémentaires
- le "vivre ensemble" est une réalité dans les localités du projet et autour des plantations communautaires. Désormais, les écoles et les familles introduisent des demandes de reboisement (46 demandes de reboisement, dont 8 par les écoles en deux ans).100 personnes utilisent le compost sur 50 hectares.

Localisation