Restauration de la mangrove et du palmier rônier

Sénégal

Association de développement
Sénégal

Fimela, région de Fatick

Période de réalisation de l'initiative

du 06/2014 au 12/2016

Description de l'initiative

La CAREM est une organisation à vocation environnementale ayant pour but la régénération de l’écosystème mangrove, la conservation de la biodiversité marine et terrestre et la promotion d’un développement économique local durable en faveur de ses populations. Elle a démarré ses activités en 1998. Ce projet a été initié après l’évaluation rétrospective des projets SEN –98-G012 et de la mise en œuvre des activités du projet de renforcement des capacités de plaidoyer de UICN/Coopération Pays-Bas. Le constat est que la commune connaît un fort taux de déforestation, dû à la pression des hommes qui ont besoin de terres cultivables et de terres d’habitation, à la coupe abusive du bois de chauffe et à l’effet néfaste de l'évolution des conditions climatiques. Cette zone, jadis très riche en ressources foncières, forestières, hydrauliques et halieutiques est devenue très pauvre, impactant ainsi la survie des populations, qui vivent principalement des ressources tirées de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage. Il s’ensuit une insécurité alimentaire.
Ce projet de replantation de la mangrove, des rôniers et autres espèces continentales vient restaurer l’équilibre environnemental. Il est aussi essentiel dans la lutte contre les changements climatiques : la mangrove est un des éléments qui absorbe le plus de carbone ; elle contribue à la lutte contre l’érosion en fixant le sol. Ce projet est une demande des populations, qui ont compris qu’il existe un lien entre la rareté des ressources (poisson, crevette, fruits de mer) et les faibles rendements agricoles liés à la pauvreté des sols. Les actions qui sont menées dans le cadre de ce projet sont l’éducation à l’environnement en milieu scolaire et communautaire, à travers des sensibilisations sur l’importance écologique de la mangrove et du rônier, le renforcement de capacités des acteurs et décideurs pour un plaidoyer pour la conservation participative des zones de mangroves et de rôniers, le reboisement (rhizophoras, avicénia, rônier, eucalyptus, niawli, prosopis), la RNA (régénération naturelle assistée), la mise en place de cadres de concertation et de comités de forêt, la promotion de nouvelles technologies d’énergie comme les fourneaux bann ak suff foyer amélioré (fourneau construit avec de la terre, des bouses de vaches, de la paille de mil) qui consomment moins de bois qu’un foyer traditionnel. Le projet s’appuie sur les groupements de femmes (45), deux associations de jeunes éclaireurs, les organisations de producteurs, les CLP (comités locaux de pêche), le comité de surveillance et de gestion de la biosphère de la rôneraie de Samba, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, qui s’étend sur 750 ha, les agents et techniciens des eaux et forêt et autres partenaires.

Principaux résultats obtenus

- 50 enseignants formés sur les notions de base de l’environnement des écosystèmes de mangroves
- 36 personnes formées à la construction des fourneaux ban ak suff (foyer amélioré)
- construction de foyers améliorés dans quatre villages de la commune
- 6000 plants d’eucalyptus, de niawlis et d’anacardiers, plantés dans neuf villages, répartis sur 20 hectares
- 5000 noix de rôniers semées
- plus de 2000 élèves sensibilisés
- plus de 1000 personnes touchées à travers les forums et projections de film
- 501.000 propagules repiquées sur une superficie de 25,5 ha