Sac-marmite

Cameroun

2017
Jeunes (moins de 35 ans, en individuel ou en groupe)
Cameroun

Douala

Période de réalisation de l'initiative

du 11/2014 au 12/2016

Description de l'initiative

La vie dans les cités et villages en Afrique est caractérisée par le manque d’opportunité d’emplois, un niveau d’insécurité élevé et un accès insuffisant aux services de base tels que l’eau, l’énergie et les transports. En ce qui concerne la question énergétique, plus précisément thermique, les ménages font usage de combustibles fossiles comme le bois de chauffage, le charbon de bois et le gaz domestique qui sont pour la plupart facilement disponibles. Cela a plusieurs conséquences : pollution de l’air ambiant, augmentation des dépenses, déforestation (pression sur la mangrove et les forêts), problèmes de santé (respiratoires, vue...). Cela contribue à une mauvaise qualité de vie, au maintien de la pauvreté et au réchauffement climatique.
Il existe plusieurs équipements comme les foyers améliorés ou les pico-photovoltaïques qui sont disponibles sur les marchés au Cameroun. L’emploi de ces matériels permet de couvrir des besoins pour la cuisine familiale et d’atténuer les changements climatiques. Toutefois, ces technologies ne sont pas toujours abordables sur le plan économique pour les ménages pauvres.
Le sac-marmite lui est un petit équipement qui est une alternative pour des populations pauvres, des milieux semi-urbain et rural. La technique employée est à faible émission de gaz à effet de serre et contribue donc à la lutte contre le réchauffement climatique. Le sac marmite est en fait un sac de cuisson qui achève en son sein, pendant des heures, la cuisson d’un repas préalablement porté à ébullition sur un foyer (cuisinière, feu à trois pierres, foyers améliorés, etc.).
Au Cameroun, deux enquêtes réalisées en 2015 et 2016, auprès de clients, ont montré que le sac marmite permet à chaque ménage de consommer de 20 à 60% moins de combustible fossile pour une efficacité énergétique de 50 à 80% par rapport à l’usage de foyers classiques (électrique, trois pierres, etc.). Il permet aussi de réaliser des économies de 20 et 40%. De plus, il réduit les émissions de 0,5 tonne de CO2 par an en comparaison avec les combustibles fossiles (notamment le bois). Chaque ménage fait ainsi l’économie de la coupe d’un arbre en moyenne par an.
L’objectif général de l’initiative est de réduire la pression exercée sur les ressources en bois et les combustibles fossiles. Celui-ci se décline en plusieurs objectifs opérationnels :
- lutter contre la précarité énergétique ;
- participer à la lutte contre le réchauffement climatique en milieu rural et semi-urbain ;
- préserver les ressources en bois et conserver la biodiversité ;
- réduire les dépenses des ménages et des organisations publiques et privées ;
- générer de l’emploi pour les femmes et jeunes.
Les bénéficiaires sont les hôtels et les restaurants ainsi que les associations et les ménages des villes qui utilisent l’énergie fossile comme source d’énergie pour les besoins de cuisson.
Au sein de notre atelier à Douala, nous produisons en moyenne 35 sacs-marmites par mois mais seulement en fonction de la demande. Le sac-marmite est produit à partir de balles de polystyrène et de tissus en coton disponibles localement. A ce jour, 700 sacs-marmites ont été fabriqués. Les sac-marmites sont livrés chez des entrepreneurs locaux qui assurent la distribution du produit auprès des ménages à Douala et dans d’autres localités.

Principaux résultats obtenus

- 493 sacs-marmites sont utilisés par 305 ménages et institutions
- 246,5 tonnes d’émission de CO2 sont évitées chaque année
- deux études d’évaluation de l’impact du sac-marmite ont été réalisées
- six campagnes de démonstration du sac-marmite ont été menées auprès de communautés à Douala.

Localisation