Valorisation de la forêt et du savoir-faire traditionnel

Madagascar

2016
Autre
Madagascar

Commune Arivonimamo II, Région Itasy

Période de réalisation de l'initiative

du 05/2010 au 05/2011

Description de l'initiative

Description de l'initiative:
Depuis 1980, la forêt de Tapia, espèce endémique à Madagascar, subit des exploitations abusives pour la fabrication de charbon et de bois de chauffe. Le tiers de la forêt a disparu en dix ans. En outre, la filière soie sauvage s’est considérablement réduite. S’en sont découlées des perturbations sur les plans économique, écologique et social.
En 2001, le service des forêts a initié le transfert de la responsabilité de gestion de la forêt aux communautés locales. Depuis 2004, 19 communautés de base, réunies dans l’Union Maitso, gèrent cette forêt de 2240 ha.
Plusieurs activités ont été menées :
- l’organisation de formations pour la mise en place de dispositifs anti-feu, de patrouilles forestières, les techniques de culture et reboisement de Tapia (pépinière et mise en terre), la multiplication et l'élevage du vers à soie sauvages
- l’organisation d'échanges avec d'autres communautés locales
- la réalisation d’élevages de vers à soie sauvage
- l’appui aux femmes en matière de filature et de tissage de la soie.
Actuellement, la forêt ne subit plus aucun défrichement et ses ressources ont augmenté d’au moins 10.000 plants de Tapia. L’Union utilise des cages de multiplication du vers à soie sauvage, une espèce endémique des hautes terres de Madagascar, qui se nourrit de feuilles de Tapia, et les chenilles sont ensuite diffusées dans la forêt. Les produits de la soie sauvage sont très prisés des jeunes et deviennent une marque de distinction. L’Union maîtrise la gestion durable de la forêt de Tapia et de ses ressources ainsi que la diversification des produits, de la fabrication de tissus à la teinture des fils par des produits naturels, avec des savoir-faire et expérimentations locaux, jusqu’à la vente.
L’application des contrats sociaux communautaires (dina) et l’exécution d’un plan d’aménagement et de gestion du terroir ont conduit à la confection de pare-feux, l’enlèvement des espèces introduites, la production de jeunes plants et le reboisement, ce qui a permis de garder la forêt quasi intacte.
Pendant les dix années de gestion par Union Maitso, on n’a noté aucun feu de brousse, ni feu de forêt. La quantité des sous-produits de la forêt est restée stable sur le marché.
La quantité et la qualité des eaux sont maintenues toute l’année. La communauté n’enregistre aucun tarissement de source ni perturbation de l’écoulement des eaux.
La protection des ressources naturelles du terroir, dont la forêt de Tapia, est l’affaire de toute la communauté. Les contrats sociaux concernent chaque personne de la communauté.
Face aux problèmes issus de la répartition inéquitable des ristournes venant des produits forestiers, le plaidoyer de la communauté sur la considération financière des ressources issues des produits forestiers a abouti à un arrêté régional, qui détaille la répartition des ristournes entre les collectivités décentralisées, région et commune. Cette dernière collabore étroitement avec les communautés de base pour la promotion du tourisme rural et de la filière soie sauvage au niveau national.

Principaux résultats obtenus

La protection de la forêt de Tapia a permis de contrer les effets des changements climatiques par plusieurs aspects :
- 22.400 tonnes de carbone sont séquestrées annuellement. Le développement racinaire des pieds de Tapia a permis d’augmenter la capacité d’infiltration des eaux de pluie. A noter que les pluies devenant de plus en plus torrentielles, le tarissement des sources est de plus en plus fréquent : il a été ici fortement réduit.
- le développement de la filière soie et la diversification des cultures ont permis de réduire la période de soudure
- tous les foyers du terroir jouissent des avantages issus de la bonne gestion de la forêt de Tapia
- les communautés de base jouissent d’une partie des ristournes à travers la commune.

Localisation