Valorisation multifonctionnelle et productive des trames vertes

Burkina Faso

2017
plus de 100 000 habitants / more than 100,000
Burkina Faso

Bobo-Dioulasso

Période de réalisation de l'initiative

du 03/2013 au 02/2014

Description de l'initiative

Les autorités politiques communales de Bobo-Dioulasso ont pris la pleine mesure de la problématique climatique et s’attèlent, après le vote d’une délibération du conseil municipal, à mettre en œuvre des initiatives pour en limiter les conséquences. C’est dans ce cadre que s’inscrit la création d’une Unité Communale de Gestion du Programme « Villes et Changement Climatique » (Cities and Climate Change - CCCI) de ONU-Habitat et la désignation de son chef d’unité comme Point Focal Changement Climatique pour la municipalité de Bobo-Dioulasso.
A l’occasion de la conduite de la seconde phase dudit programme CCCI, la Commune de Bobo-Dioulasso s’est engagée à promouvoir l’Agriculture et la Foresterie Urbaine et Périurbaine (AFUP) en tant que stratégie d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques, avec l’appui du programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) et la coordination globale de la Fondation RUAF (Resource centres on Urban Agriculture and Food Security). Le choix des activités AFUP n’est pas fortuit au regard de leur positionnement dans l’économie locale. En effet, l’agriculture urbaine emploie 7 % de la population de Bobo-Dioulasso (surtout autochtone) qui pratique la culture céréalière dans les zones périphériques, et le maraichage le long du marigot Houet (Ministère de l’Economie et des Finances, 2009). La production maraichère de Bobo-Dioulasso représente aussi 15% de la production nationale du Burkina Faso (Traoré, 2006).
Les Trames Vertes de la ville de Bobo-Dioulasso ont été choisies suivant une démarche participative comme modèle de projet AFUP à mettre en œuvre pour faire face aux impacts du changement climatique. En effet, la commune dispose en 2012 de huit trames vertes, qui occupent une superficie utile de 60 hectares. Elles ont pour fonction de restaurer, protéger et gérer in situ la biodiversité, en favorisant l’auto-entretien par le maintien de conditions minimales de vie et de circulation nécessaires à la survie des espèces. Elles se distinguent par une relative connectivité avec les forêts urbaines ou périurbaines. En outre, les trames vertes sont soumises à la réglementation applicable aux espaces verts, ce qui leur permet d’intégrer le domaine public artificiel et d’être donc inaliénables, imprescriptibles et insaisissables.
De façon précise, la seconde phase du Programme CCCI a pour objet d’expérimenter et de démontrer la valorisation multifonctionnelle des trames vertes de la ville suivant le mode « Jardin polyvalent du type agroforestier ». La trame verte du secteur 33, d’une superficie de 6,4 hectares, a été retenue pour abriter les fonctions suivantes : production forestière, production maraichère, aménagement d’espaces récréatifs, aménagement d’un espace d’éducation environnementale.
L’objectif principal est d'accroître la résilience environnementale des trames vertes au climat, tout en améliorant les conditions de vie des populations. Le projet d’aménagement vise deux préoccupations majeures : la réduction des températures et des émissions de gaz à effet de serre et l’amélioration de la résilience des populations à travers l’augmentation des revenus et la diversification des sources d’alimentation.
En conclusion, ce projet est ainsi une initiative phare, qui ambitionne à terme de conférer aux trames vertes, dans une perspective climatique, un modèle d’aménagement et de gestion régi par un règlement municipal. Ainsi, la mise en œuvre des activités opérationnelles sera accompagnée par un plaidoyer à l’endroit des décideurs politiques pour la mise en place de dispositions réglementaires qui donnent aux trames vertes des fonctions d’agriculture et de foresterie urbaine et périurbaine.

Principaux résultats obtenus

- la totalité de la trame verte du secteur 33 de Bobo-Dioulasso est aménagée suivant le modèle de jardin polyvalent du type agro-forestier
- les ménages bénéficiaires directs des îlots agricoles ont diversifié leurs sources d’alimentation et amélioré leur nutrition
- la gestion des trames vertes dans la perspective climatique est régie par un règlement municipal à Bobo-Dioulasso
- l’aménagement multifonctionnel et agroforestier de la Trame verte du secteur 33 contribue à la réduction des températures, à l'infiltration des eaux de ruissellement et à la séquestration du carbone atmosphérique;
- une méthodologie scientifique d’évaluation des incidences climatiques de l’aménagement de la trame verte du secteur 33 est testée et validée.

Localisation