Village Ecologique de Ganavé

Togo

Association de développement
Togo

Agoé,Trokpossimé

Période de réalisation de l'initiative

du 12/2013 au 01/2016

Description de l'initiative

La localité de Ganavé, qui compte 3752 habitants, est située dans le bassin du Mono ; elle est sujette à des inondations régulières. En 2010, Ganavé a subi une catastrophe, conséquence du dérèglement climatique : une très forte inondation a fait 1272 sinistrés, détruit 350 habitations et dévasté de vastes superficies d’espaces agricoles dévastés. Cette situation a annihilé les efforts de développement engagés. Une partie de la population, extrêmement pauvre, s’est retrouvée en situation de grande précarité. Et les conséquences ont été dramatiques : abandon de foyers par des femmes, exode des jeunes, prostitution de jeunes filles. En dehors des périodes d’inondation, la pluviométrie est très irrégulière ; cela place les agriculteurs dans une situation d’insécurité. Selon les évaluations des dégâts post catastrophe réalisées après les inondations de 2010, la communauté de Ganavé s’est révélée être l’une des plus vulnérables du pays face aux évènements climatiques extrêmes
L’objectif général du projet est de réduire la vulnérabilité socioéconomique de la communauté de Ganavé par l’amélioration des conditions de vie socioéconomique et environnementale. Celui-ci se décline en trois objectifs plus spécifiques :
- outiller les acteurs locaux sur la RRC (Réduction des Risques et catastrophes) afin de garantir la pérennité des actions entreprises
- garantir la sécurité alimentaire familiale à travers la promotion de l’agriculture biologique d’ici 2018
- favoriser l’autonomisation économique et financière progressive de 50% des femmes d’ici deux ans par la pratique d’activités génératrices de revenus sobre en carbone
Avec l’appui du Global Network for Disaster Reduction, des travaux d’identification des grands enjeux et un profilage des solutions pour atténuer les conséquences de ces phénomènes ont été faits. Ainsi, depuis 2013, une enquête a été effectuée afin de cibler les zones les plus vulnérables aux catastrophes, puis un travail de profilage a été réalisé dans quelques zones cibles.
Dans le projet, la question du changement climatique est abordée à travers l’agriculture. Pour s’adapter aux évolutions en cours, il est important de repenser certaines des méthodes culturales pratiquées actuellement, qui ont une part non négligeable dans les émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, une agriculture biologique permet à la fois de réduire les émissions et aussi d’améliorer la santé des populations. Le choix a été fait de privilégier des activités sobres en carbone telles que le maraîchage, le petit élevage, la fabrication de savon traditionnel et de colliers d’art, le petit commerce local de produits alimentaires.
Un aspect important a été d’impliquer les bénéficiaires lors des différentes étapes du projet. Un comité local a été mis en place ; il a aidé à organiser les femmes en groupement. L’ensemble des acteurs ont bénéficié de plusieurs formations avant le début du projet, afin de les amener à s’impliquer fortement. La contribution des communautés a été très importante, aussi bien en termes techniques que matériels. De plus, le comité de développement du village (CDV) a joué un grand rôle dans la mise en œuvre de la stratégie, la mobilisation des populations et la conduite des séances de renforcement de capacités. Les autorités villageoises ont mis des bâtiments et des terrains à la disposition du projet.

Principaux résultats obtenus

- 500 plants ont été plantés par les femmes, les jeunes et les personnes en situation de handicap
- douze activités génératrices de revenus sobres en carbone ont été initiées par les femmes qui sont mères de famille de 12 grandes familles du village. Ces activités ont permis de générer des revenus pour couvrir les besoins alimentaires essentiels des foyers.
- l’abandon des foyers par certaines femmes et l’exode des jeunes ont été évités. De plus, les autres bénéfices sociaux sont en rapport avec l’éducation : certains enfants ont pu être scolarisés.